AVERTISSEMENT PRéalable


Il est important de rappeler en préambule que les armes à Poudre Noire ou PN sont des armes qui peuvent parfaitement tuer (voir l’hécatombe de la guerre de sécession aux US avec ce type d'arme) et ce n'est pas parce qu'elles sont en catégorie D et donc en vente libre aux plus de 18 ans qu'il faut les considérer comme des "jouets".
Toutes les règles de sécurité sont bien sûr applicables avec quelques règles supplémentaires qui seront données en fin de ce texte.
Il existe différents types d'armes à Poudre Noire. Pour faire simple, nous trouvons les armes de poing avec les Pistolets 1 coup à silex ou à amorce
et les Révolvers puis les armes longues de différents calibres, également à silex ou à amorce. Le plus simple pour débuter à la Poudre Noire est de commencer avec une arme de poing de type Révolver.
 

Débuter à la poudre noire avec une arme de poing

Comment débuter le tir avec une arme de poing Poudre Noire et que faut-il ?

Tout d'abord, la meilleure façon d’apprendre pour débuter, c'est bien évidemment d'être guidé par un tireur expérimenté et nous en avons au CTC.
Il existe aussi de nombreux sites dédiés à la poudre noire avec beaucoup de conseils, parfois contradictoires mais toujours très riches.
Les informations données ici sont le fruit de mon expérience avec quelques dizaines de milliers de tirs à la poudre noire avec de nombreuses armes de poing différentes.

Que faut-il ?

Commençons pas les outils nécessaires. Contrairement aux armes modernes, le tir à la poudre noire nécessite d'amener une "caisse  à outils" au stand. Certains sont indispensables et d'autres conseillés.

Au niveau outils pour commencer, Il faut impérativement :
- une clé à cheminées qui permet de visser et dévisser les cheminées pour le nettoyage,
- des tournevis de qualité adaptés aux différentes vis de l'arme,
- un tire chiffon pour le nettoyage,
- un support pour le chargement (je déconseille le chargement sans support, surtout pour débuter)
- des dosettes (plastique ou verre) pour la poudre et la semoule,
- un petit entonnoir à poudre pour le chargement avec des dosettes
- une pince à bec fin pour retirer les amorces percutées récalcitrantes,
- un cutter
- des chiffons (la poudre noire est salissante !)

Quelques photos de l'outillage de base :

 
Ceci est un exemple de clé à cheminées, un peu particulière car s'adaptant sur le manche de mon tournevis ci-dessous.
 
Pour les tournevis, j'ai opté pour un modèle "universel" avec des têtes légèrement retouchées pour s'adapter parfaitement aux vis des révolvers PN.

La meilleure solution est d'acheter un kit de 3 tournevis d'armurerie qui permet de démonter toutes les vis des armes PN. Attention aux tournevis basiques qui finiront immanquablement par détériorer les vis de vos armes.
 
Le tire chiffon indispensable pour nettoyer le canon et les chambres. Ici pour du calibre .44
Il en faut un plus petit en diamètre pour du .36
 
Deux exemples de support pour révovers PN, celui de gauche pliable et celui de droite fixe.
 
Les dosettes peuvent être en plastique ou en verre comme sur la photo. Il est possible de récupérer des tubes de prélèvement dans les labos d'analyse ou de les acheter sur des sites spécialisés PN ou de fournitures médicales mais il faut les acheter par quantité et il y a donc intérêt à se regrouper à plusieurs dans ce cas.

Il est possible d'utiliser une poire à poudre pour... la semoule JAMAIS pour la poudre. Il est aussi possible d'utiliser des cartouches papier qui réduisent le temps de chargement mais doivent être préparées à l'avance,
 
L’entonnoir qu'il soit en papier, en zinc ou en laiton est indispensable si vous chargez à partir de dosettes car il est important de ne pas répandre de poudre sur la face avant du barillet ce qui pourrait être cause de départs en chaine (voir ci-dessous).


une autre solution est d'utiliser un embout de cartouche genre Rubson que vous recoupez pour l'adapter.

 
Une pince de ce type ou/et des précelles sont bien utiles pour enlever une amorce percutée qui reste obstinément sur la cheminée ou récupérer un débris d'amorce à l'entrée de la carcasse d'un Colt.
 
Enfin, petit outil très utile, le cutter.
Il arrive que l'on mette un peu trop de semoule et que la balle dépasse du barillet ce qui l’empêche de tourner. Heureusement le plomb pur est mou et dans ce cas il suffit d’araser la balle avec le cutter pour qu'elle ne dépasse plus de la face du barillet. Cela arrive très souvent quand on cherche le bon dosage de semoule pour que la balle soit parfaitement positionnée ou une petite erreur de dosage en remplissant les dosettes ou les cartouches papier.
 

Pour terminer, quelques outils qui peuvent être utiles sans être indispensables :
- un maillet en bois ou à embouts plastiques
- des jets en laiton, un de 8mm de diamètre et un de 4 mm + 1 plat pour les clavettes de Colt
 

LES ARMES

Il existe 2 grandes catégories de Révolvers PN : les carcasses fermées comme Remington, Roger & Spencer... et les carcasses ouvertes comme les Colt. Les 2 ont leurs avantages et leurs inconvénients. Les principaux fabricants de répliques sont Uberti et Pietta et les 2 fournissent de très bonnes armes, au moins pour les fabrications de ces dernières années.
Vous pouvez trouver facilement des armes neuves chez tous les armuriers ou en ligne sur Internet entre 200 et 300€ et également des armes d'occasion sur les sites spécialisés. Je conseille d'éviter les armes nickelées dont le traitement de surface moderne ne tient pas dans le temps, il vaut mieux préférer les armes bronzées ou inox.
Le gand classique pour débuter avec une carcasse fermée est le Remington 1858. Personnellement je lui préfère le Roger & Spencer qui permet de mettre les amorces plus facilement, surtout avec de gros doigts, et qui s'encrasse moins vite au niveau de l'axe du barillet. Un Colt 1851 ou 1860 est aussi très bien pour débuter avec une carcasse ouverte. La visée est plus délicate avec le Colt dont la hausse est constituée d'une fente en V sur le chien.
En général, les répliques comme les armes d'origine ont tendance à tirer trop haut. L'explication est que les organes de visée des originaux était prévus pour tirer à 50m ou plus. Il faudra donc souvent soit contreviser, soit changer le guidon pour un guidon plus haut.
Il n'y a pas d'urgence quand on débute, il faut déjà s'habituer à l'arme et, si elle est neuve, attendre qu'elle se rôde  et ce n'est qu'après quelques dizaines de barillets, après avoir essayé plusieurs types de charge, que l'on peut envisager des modifications au niveau du guidon. En parlant de modification des armes, il est formellement déconseillé de faire des modifications de hausse ou surtout de mécanisme sans être conseillé par un professionnel ou un spécialiste pour des raisons de sécurité.
 
Voici 3 armes typiques en calibre .44 :

A gauche le Remington 1858, probablement le plus utilisé. Il est facile à démonter et offre une belle ligne de visée.

Au milieu le Roger & Spencer qui a des logements d'amorces beaucoup plus grands ce qui facilite la mise en place des amorces. La visée est moins facile et la prise en main différente.

A droite un Colt 1860. La prise en main est généralement considérée comme meilleure mais la hausse par une fente en V dans le chien conduit à une visée moins facile.

Les trois armes en photo ont des guidons rallongés pour permettre une visée à 25m soit point visé point touché soit ISSF (sous le visuel).

Si vous devez choisir une arme sans avoir pu essayer différents modèles et les comparer auparavant, le Remington est certainement lemeilleur choix car c'est celui qui offre la meilleure visée et est le plus simple à démonter, que ce soit pour sortir le barillet ou pour un démontage plus complet.

Dans tous les cas quand vous achetez un révolver, il faut vérifier le jeu longitudinal du barillet qui doit être aussi faible que possible et si vous achetez chez un armurier, n'hésitez pas à demander à pouvoir comparer plusieurs exemplaires.
 

LE CHArgement

Le principe de base des armes à Poudre Noire est de se charger par l'avant du barillet ou du canon pour les pistolet à 1 coup.
Rappelons tout d'abord que la Poudre Noire est un explosif contrairement à la PSF qui est un propulsif. Pour cette raison, il ne doit pas y avoir de vide d'air entre la charge et la balle. Comme on ne charge généralement pas avec une charge "de guerre" c'est à dire juste la poudre et la balle et qu'il est préférable que la balle soit proche de l'extrémité du barillet, il faut combler le vide entre la poudre et la balle. Il y a 2 façons de combler ce vide c'est avec une bourre ou de la semoule fine. Personnellement, je conseille la semoule qui permet de "poser" la balle dessus sans s'enfoncer dans la chambre contrairement à la bourre.

Quel calibre :
Il existe principalement 2 calibres en armes de poing le .36 (9.1mm) et le .44 (11.17mm). Les 2 sont aussi précis et même si on a tendance à charger un peu moins le 36, les charges sont assez identiques. Le Colt 1851 est normalement en .36 mais il existe des répliques en 44.

Les balles :
Les balles utilisées sont des balles rondes en plomb pur. Il faut éviter les alliages issus des balles d'armes modernes qui créé une balle plus difficile à déformer et donc à introduire dans la chambre. La balle doit forcer légèrement à l'introduction dans la chambre, ce qui est nécessaire pour sa tenue dans le barillet lors des tirs et du recul de l'arme. Les balles les plus "standard" sont le .375 pour le .36 et le .454 pour le .44
Les balles peuvent être achetées pour débuter mais il est possible et très rentable de les couler avec un moule et un petit four à plomb. La fabrication des balles est, outre le côté économique, intéressante pour adapter au mieux le calibre de la balle à l'arme. Il existe des moules de différent diamètres .451, .454, .456, etc pour le .44 par exemple. Attention toutefois à choisir un moule de marque : LEE, RCBS, etc. qui vous garantira la dimension des balles produites et offrira une bonne longévité.
IMPORTANT : La balle doit pouvoir être siégée (enfoncée) dans la chambre avec le levier de chargement de l'arme et à la main. S'il est nécessaire de rallonger le levier pour avoir plus de force ou d'appuyer avec beaucoup d'énergie c'est que le diamètre de la balle est trop important pour l'arme. Il y a alors un sérieux risque de rupture de l'axe du levier qui n'est pas prévu pour cet effort.

Quelle poudre et quelle charge :
Il existe 2 principales poudres : la PNF2 et la poudre Suisse N°1. Cette dernière est un peu plus chère mais très régulière en granulométrie et un peu plus puissante ce qui permet des charges plus légères. En outre la Suisse N°1 laisse moins de résidus. La charge de poudre dépend de l'arme et du tireur. En général entre 0.8 grammes et 1.3 grammes de poudre mais chaque arme à un dosage préférentiel qui donne les meilleurs résultats. C'est donc une alchimie, qui fait aussi le charme de la poudre noire, pour trouver le meilleur chargement en poudre et diamètre de balle pour optimiser les résultats. Pour débuter et sans balance de précision, il est possible de doser simplement en volume avec une douille de 9mm qui, remplie, fait de l'ordre de 0.9 grammes de poudre.
Il n'y a pas de risque de "surcharge" en PN. Les armes sont prévues pour être utilisées à pleine charge c'est à dire sans semoule. C'est rarement avec ce type de charge "de guerre" que l'on obtient la meilleure précision mais c'est parfois agréable de tirer un barillet à pleine charge pour la sensation.
Je conseille vivement de toujours charger chambre par chambre la poudre puis la semoule et enfin la balle. Nous y reviendrons avec les aspects de sécurité propres à la PN.

La graisse :
Chaque chambre, une fois la balle introduite, doit être remplie de graisse à ras du barillet. Cette mesure est prise afin d'éviter les départs en chaine, c'est à dire la mise à feu d'une ou plusieurs chambres autres que celle en face du canon. Même si le risque est très faible avec des balles bien calibrées et l'utilisation de semoule entre la poudre et la balle, le risque existe et donc l'emploi de graisse est indispensable. C'est d'ailleurs obligatoire en compétition officielle Armes Anciennes. De la graisse automobile plus ou moins sophistiquée peut être utilisée mais elle coule dès que l'arme chauffe et donne de moins bons résultats que la "graisse maison spéciale PN" facile à réaliser. Vous pourrez trouver beaucoup d'autres recettes de fabrication sur les sites spécialisés PN.
Les 6 chambres peuvent être faites en même temps en fin de chargement et cela est même recommandé pour éviter de mettre de la graisse dans une chambre vide qui pourra provoquer des incidents de tir ultérieurs.

Les amorces :
C'est l'étape finale du chargement. Tant que les amorces ne sont pas posées, l'arme ne présente aucun risque à priori mais doit néanmoins être considéré comme chargée et donc toujours être dirigée vers la bute. Les amorces doivent être posées juste avant le tir. certaines amorces tiennent bien sur les cheminées d'autres nécessitent d'être légèrement pincées pour bien tenir. Le recul d'un départ aura tendance à faire sortir les amorces des autres chambres si elles ne tiennent pas suffisamment sur les cheminées.
 

Le nettoyage

Le nettoyage de l'arme après le tir est indispensable à chaque séance car les dépôts de PN sont corrosifs en présence d'humidité. Il y a autant de méthodes de nettoyage que de tireurs et vous trouverez de nombreux avis sur les forums spécialisés. Je vais donc donner ma méthode, fruit de l'expérience pour réduire le temps passé au nettoyage.
Le produit miracle pour moi est la "lingette bébé" 1er prix comme celles montrées sur la photo (Je ne fais pas de pub pour une marque et toutes les lingettes doivent fonctionner de la même façon). Ces lingettes dissolvent parfaitement les résidus, surtout si utilisées immédiatement après le tir au stand. Un passage dans le canon avec le tire-chiffon, un passage dans les chambres du barillet, un nettoyage de l'intérieur de la carcasse à l'emplacement du barillet, du chien et du logement du chien dans la carcasse après le tir enlève 90% des résidus. Attention, les produits contenus dans ces lingettes sont eux aussi corrosifs et il ne faudra pas stocker les armes sans avoir passé un chiffon gras dans le canon après les lingettes.
Au retour à la maison, je démonte les cheminées et je mets le barillet et les cheminées dans un bac à ultrasons dans de l'eau chaude avec une bonne dose de produit vaisselle pendant 8 minutes. Puis rinçage et séchage à l'air comprimé (mais cela pourrait être avec un sèche cheveux. Le bac à ultrasons n'est pas indispensable et un trempage dans de l'eau bien chaude avec du produit vaisselle devrait suffire. Par contre le séchage est très important car l'humidité est l'ennemi de la PN.
Pendant que le barillet et les cheminées trempent, je repasse un lingette sur les recoins de la carcasse et du chien.
Une fois le barillet et les cheminées sèches, je les pulvérise au BRUNOX qui est un produit d'entretien pour les armes de chasse et passage d'un chiffon dans les chambres pour enlever le surplus de produit. Certains utilisent du WD40 ou d'autres spray spécialisés PN. L'important est de mettre un produit qui laisse une fine pellicule grasse car une oxydation se produit très vite dès que les chambres sont sèches. Passage aussi de BRUNOX dans la canon avec le tire chiffon. Enfin, une goute d'huile pour arme (genre ARMISTOL ou autre) sur les pas de vis des cheminées avant remontage. Pour moi, une 1/2 heure par arme est largement suffisant pour avoir une arme parfaitement propre. Attention à éviter le WD40 sur le bronzage qui peut laisser des traces ou auréoles contrairement au BRUNOX.
Certains démontent totalement l'arme à chaque séance et passent toutes les pièces dans l'eau chaude, voire au lave vaisselle puis séchage au four, etc. Personnellement, un démontage complet tous les 6 mois est largement suffisant et même pour les pièces intérieures et la carcasse, j'utilise les lingettes.
Attention toutefois à stocker les armes dans un endroit sec. Je le redis, l'humidité est l'ennemie de la PN.

Si du BRUNOX ou autre a été pulvérisé sur les cheminées, il convient ,avant de commencer le tir, de mettre des amorces sur toutes les cheminées et de percuter ces amorces pour faire un nettoyages des amorces et des chambres. C'est l'opération de "flambage".
 

LA mise en sécurité d'un révolver pn

La mise en sécurité d'un révolver PN est différente d'un révolver PSF où l'on peut facilement basculer le barillet et mettre un drapeau de chambre. Il n'est pas envisageable de sortir le barillet d'un Colt à chaque mise en sécurité.
Au CTC, nous considérons qu'un révolver PN est en sécurité quand :
- l'arme est déchargée (chambres vides)
- il n'y a pas d'amorce sur les cheminées
- le chien est au cran de demi-armé
- l'arme est dirigée vers la butte

Attention, la mise du chien au cran de demi-armé avec une arme chargée (poudre et amorces) ne met pas l'arme en sécurité. Tout choc est susceptible de laisser le chien se rabattre et de faire partir le coup.

Une bonne solution pour une mise en sécurité rapide, en particulier en cas d'incident de tir, est de disposer d'une petite cheville de bois que l'on met entre le chien rabattu et la carcasse.
 

Les règles et conseils spécifiques à la pn

Redisons encore une fois qu'une arme PN peut être aussi dangereuse que du 38SP ou du 9mm !
Toutes les règles de sécurité générales sont donc applicables.

Il y a par contre quelques points spécifiques à connaître :

- Que faire si l'amorce ne percute pas :
En supposant que l'arme a déjà tiré normalement et que ce n'est pas un défaut inhérent à l'arme ou à une cheminée. Si l'amorce n'est pas percutée après que le chien ait été abattu par action sur la détente, cela peut être parce qu'elle n'était pas bien appliquée sur la cheminée. Vous pouvez continuer à tirer les autres chambres jusqu'à revenir sur l'amorce non percutée. Si elle ne percute toujours pas, il faut enlever l'amorce et la remplacer par une neuve. ATTENTION à toujours maintenir l'arme en direction des cibles pendant les manipulations.

- Long feu :
Le long feu se produit quand l'amorce a bien explosé mais que le coup n'est pas parti, c'est à dire que la poudre ne s'est pas enflammée. C'est à mon avis le cas le plus dangereux de la PN car il faut absolument attendre au moins 15 secondes en maintenant l'arme en direction de la cible avant toute action. Il est possible en effet que la poudre s'enflamme à retardement et que le coup parte dans les secondes qui suivent le long feu.
Après cette attente, il faut  :

1) vérifier que la balle n'a pas été poussée par l'amorce dans le canon. Cela peut arriver avec un oubli de poudre et une balle légèrement sous dimensionnée qui se déplace par la puissance de l'amorce. dans ce cas elle va rester dans l'entrée du canon et bloquer le barillet. C'est un cas délicat qui va obliger à repousser la balle par le canon pour débloquer le barillet quand on est sûr qu'il n'y aura pas un départ à retardement. Quand la balle est repoussée et le barillet libre faire comme ci-dessous en 2).
L'oubli de poudre peut arriver et passer inaperçu quand on met la semoule "à vue" sans dosette. Dans ce cas on remplit de semoule jusqu'au niveau de la balle et on ne se rend pas compte de l'absence de poudre. D'où l'importance de rester concentré quand on charge son arme, de mettre toujours dans l'ordre la poudre, la semoule puis la balle dans chaque chambre avec des dosettes pré-remplies. Éviter de mettre d'abord la poudre dans les 6 chambres puis la semoule puis les balles. Un faux mouvement qui renverse l'arme avant la mise en place des balles et il y a de la poudre et de la semoule plein la table.

2) Si la balle est toujours en place, tirer les autres chambres puis une fois revenu sur la chambre récalcitrante, mettre une amorce neuve  et réessayer, toujours en manipulant l'arme en direction des cibles. Si le coup ne part toujours pas c'est qu'il y a un problème comme :
- oubli de la poudre
- obstruction de la cheminée par un corps étranger
- résidus de cartouches "papier" entassés au fond de la chambre si pas enlevés à chaque barillet tiré (attention, risque de brulage lent de ces résidus et départ à retardement. Il faut être encore plus prudent sur le délai d'attente en cas d'utilisation de cartouches papier)

Que faire si une chambre refuse obstinément de partir :
Enlever l'amorce de cette chambre (les autres étant vides) et démonter le barillet de l'arme. Celle-ci étant toujours en direction des cibles. 2 solutions pour extraire la balle :
1) Démonter la cheminée, vider la poudre et le plus possible de semoule par l'emplacement de la cheminée puis pousser la balle avec un jet de laiton ou de cuivre par l'emplacement de la cheminée. Cela suppose d'avoir un outillage complémentaire : jet de laiton du bon diamètre (~4mm) et maillet.
Sinon, mettre de l'eau sur la poudre par l'emplacement de la cheminée pour la "passiver" remettre la cheminée et rentrer à la maison pour extraire la balle.
2) Extraire la balle en la tirant après avoir vissé directement dedans un extracteur de type vrille.


Il faut néanmoins rassurer les débutants, cela n'arrive jamais si on est soigneux et concentré dans son chargement.

Dernier cas possible : oubli de la semoule.
Quand on siège la balle, on s'aperçoit qu'elle s'enfonce plus qu'habituellement. Dans ce cas, le plus simple est de pousser la balle avec le levier et sinon avec un jet quelconque (d'où l'utilité d'un jet laiton de 8mm et d'un maillet) jusqu’à la poser sur la poudre pour éviter tout vide d'air et la tirer normalement. La précision en souffrira peut être à cause du "vol libre" dans la chambre mais il n'y a aucun risque.

Pour finir, 2 points importants concernant les amorces et la poudre :

Les amorces :
On ne doit sortir de la boite que les amorces nécessaires au chargement et LA BOITE D'AMORCES DOIT IMPÉRATIVEMENT ÊTRE FERMÉE OU COUVERTE PENDANT LE TIR. Un débris d'amorce enflammé qui tombe dans une boite d'amorces ouverte peut provoquer l'explosion de l'ensemble des amorces. En compétition FFTir, une boite d'amorces ouverte ou des amorces répandues sur la table, c'est à coup sûr un avertissement de l'arbitre, voire plus !

La poudre :
Il faut enfin rappeler qu'il est STRICTEMENT INTERDIT DE POSER SUR LA TABLE DE TIR UN BOCAL DE POUDRE NOIRE qui est la matière première pour un feu d'artifice. Cela semble évident mais je l'ai vu !
Comme dit précédemment, les poires à poudre sont également interdites pour le chargement de la poudre dans les chambres. Il ne reste donc que les dosettes pré-remplies ou les cartouches papier en vérifiant aussi de ne pas laisser une boite ouverte de cartouches papier pendant le tir.

Il est bien sûr interdit de fumer dans les stands.
 


Pour finir, quelques conseils pour une bonne cohabitation entre tireurs aux armes PN et modernes :
Les tireurs PN sont les bienvenus au CTC mais il faut reconnaitre que la PN dégage une grosse fumée, c'est aussi son charme, avec une odeur caractéristique que l'on aime... ou pas.
Aussi nous recommandons vivement aux tireurs PN de s'installer à gauche du stand 25m, en commençant par les postes A, B, C et D puis 1, 2, etc.
Prévenir aussi avant de tirer les autres tireurs pour vérifier qu'ils ont bien les protections acoustiques car la PN fume mais fait aussi beaucoup de bruit !


Bon tir à tous

                                                                                                                                               Philippe

PS : Attention, la Poudre Noire est un virus extrêmement contagieux qui peut s'attraper avec un petit essai... pour voir :-)
 
Laissez un commentaire ou une question :
 
 
création de site internet avec : www.quomodo.com